jeudi 30 septembre 2010

séminaire

Puisque c'est la saison... je suis en séminaire d'intégration.
Non, pas de bizutage camouflé, je ne me suis pas inscrite en fac de médecine, j'ai démarré mon "accompagnement au retour à l'emploi" dans un cabinet de stratégie en ressources humaines (ça pète...)
Ca veut dire que depuis hier je me lève de nouveau avant mes enfants, je file de la maison à 8h15 maxi, je rentre vers 18h40, ma nounou fait des horaires allongés, les voisines du support de garde avec Bilot, je vois mon Gazou même pas 2h le soir et Bilot à peine plus. Et je passe la journée avec un groupe de 12 personnes dont 60% de grandes gueules, j'ai la tête comme une coucourde. Avec ça je devrais rapidement retrouver un emploi, à ce propos j'ai appris que dans le nouveau monde de l'emploi du 3e millénaire on ne parle plus de chômage mais de "between 2 jobs" car c'est devenu la règle et non plus l'exception d'être en permanence entre 2 boulots, et je pourrai très bientôt à nouveau être chez moi de 19h à l'heure de me coucher pour expédier les calins aux enfants, les devoirs, les repas et les lessives plus les week-ends pour faire le ménage, youpi, c'est trop de bonheur...
Dès que je rebosse je prends une femme de ménage et on se nourrit de plats cuisinés (par moi le week-end, vive la congélation).

lundi 27 septembre 2010

marie feignasse, la bio

Marie-Feignasse de la Molle du Genou est un pur produit de l'aristocratie oisive et ne voit pas pourquoi ça changerait.
Elle n'est pas mariée avec Paul-Google car il faudrait remplir des papiers à la mairie.
Elle ne s'est pas fait épiler le poil qu'elle a dans la main car il faudrait sortir la voiture pour aller chez l'esthéticienne.
Ses enfants se prénomment Pétunia et Paul-Pampers car ce jour là le dictionnaire était ouvert à la lettre P comme procrastination.
Sa devise: "Que la paresse soit un des péchés capitaux nous fait douter des six autres" (Robert Sabatier)
Marie-Feignasse pourrait être cultivée, mais il faudrait ouvrir Téléramia.
Marie-Feignasse pourrait tout savoir de la politique internationale, mais il faudrait lire le journal.
Marie-Feignasse pourrait avoir un ventre lisse et des cuisses en acier, mais il faudrait faire du sport.
Marie-Feignasse pourrait être riche, mais il faudrait avoir de l'ambition.
Marie-Feignasse pourrait être une artiste, mais il faudrait être originale.
Marie-Feignasse pourrait être moi. Des fois.

samedi 25 septembre 2010

mise à jour

Pfff, j'ai du rattrapage à faire sur la semaine passée!
Alooors... que je me rappelle...
Vendredi j'avais mon Gazou à la maison, donc à part le marché je n'ai pas fait grand chose. Le pépère s'est fait une orgie de crêpes, il y a un breton au marché de Villefranche qui fait des crêpes et des galettes nature, j'en prends pour les garnir à la maison, les enfants adorent.

Samedi j'ai fait du baby sitting toute la matinée pendant que l'Homme aidait son blond à rentrer du bois pour l'hiver. Vu le temps que ça a pris, ils doivent tabler sur un hiver très rude...
Ensuite j'ai emmené Bilot au judo et chez Pécathlon pour chercher des chaussons de salle.
Bilot: "Qu'est ce qu'on va chercher, Maman?
Moi: des chaussons de salle pour le judo.
Bilot: Pourquoi il faut des chaussons? on est pieds nus au judo.
Moi: pour ne pas vous salir les pieds quand vous descendez du tatami.
Bilot: Ah! c'est pour ça que c'est des chaussons de sale?!"
C'est ma fille...
Samedi soir j'ai dîné chez Florence (l'ancienne propriétaire de ma maison, qui habite à 80m) avec Corinne, un petit dîner entre filles pendant que Bilot se faisait une soirée DVD avec les garçons.
Et ma foi c'était à peu près tout niveau programme du week-end. Yééé! Même pas de marché dimanche.

Lundi dernier j'ai pris mon premier cours de mosaïque avec Corinne, 3h de travail intensif, c'était super. Je ne me rappelle pas ce que j'ai fait de l'après-midi. Ah si! j'ai continué à travailler sur mes cadeaux de naissance.

Mardi j'ai déjeuné avec mon Bilot puis j'ai pris mon 2e cours de mosaïque. J'avance beaucoup beaucoup moins vite que prévu et je crains de devoir réviser mon modèle par rapport au projet initial... et puis à la sortie de l'école Bilot a insisté pour inviter Solène et Maël à goûter, ce sont les enfants de Claire, ma nouvelle après-voisine de vers le bas de la rue, Solène a juste 4 ans et Maël a pile un an de plus que Gazou et il est déjà à l'école, c'est pas facile tous les jours pour lui, mais il est courageux! du coup nous avons organisé entre mamans un dîner pour vendredi.

Mercredi nous avons passé une journée de filles, Bilot et moi. Nous sommes retournées chez Bécathlon! C'est trop la fête pour les enfants, ce magasin, on pourrait y passer des heures à tout essayer: les trampolines, le golf, les instruments de fitness, les vélos, les trottinettes, etc. Elle adore! D'ailleurs nous avons acheté une trotinette que Bilot a payé (en partie) toute seule avec son argent de poche. La caissière était ravie quand on lui a donné le porte-monnaie avec 34,59euros essentiellement en petites pièces... Mais Bolette était très fière! elle a dépensé jusqu'à son dernier centime: l'argent de la petite souris, l'argent du vide-grenier, les pièces qui traînent, les pièces gagnées en aidant à faire le ménage... tout! mais comme elle dit "on en faisait rien, alors!". Je suis bien fière de ma poulette.
Comme nous étions à Labège nous avons pu aller déjeuner avec l'Homme, en terrasse mais c'est peut-être la dernière fois... nous sommes passés de 8 à 28° dans la journée, ça nous a fait une très belle et chaude après-midi terminée à étrenner la trottinette au bout de la rue avec les copains.
Je précise juste, pour ceux qui situent visuellement, le bout de la rue c'est tout en bas de notre rue, après le carrefour, au niveau des dernières maisons quand on va vers la Thésauque. C'est la fin de la route bitumée, après c'est un chemin de terre et des champs donc c'est pratiquement une impasse, il y a très peu de circulation, les voitures ne passent là que si elles connaissent donc elles savent qu'il y a des enfants qui jouent, et sur ce tronçon de rue de 50m habitent Marley, Mathieu, Antoine, Enzo, Julie, Thomas, Nathan et Angie (sans compter les bébés) autant dire que c'est blindé de gamins dès qu'il fait beau... Alors maintenant, Bilot a le droit d'être dehors sans nous à condition qu'il y ait d'autres enfants et qu'elle ne dépasse pas le carrefour sauf pour rentrer à la maison. Régulièrement il y a des grands envoyés par d'autres parents qui la raccompagnent jusqu'à la porte. Nous avons beaucoup de chance dans ce village, les enfants s'entendent tous bien et les grands sont bienveillants avec les petits, c'est un vrai bonheur!


Jeudi... un café avec Claire en redescendant de l'école, un café avec Corinne avant le déjeuner, un aller-retour chez Leroynerlin et chez Mapeyre, les courses à Supéru avec les enfants en sortant de chez nounou... passionant!
J'ai encore coupé les cheveux de Gazou et c'est encore approximatif...

Vendredi, journée Pépère! et arrivée de la pluie... D'abord un café avec Claire en redescendant de l'école (bis) et avec Corinne qui nous a rejointes vu que ses enfants montent seuls à l'école maintenant. Une sortie au marché de Villefranche abrégée pour cause de pluie mais pas avant d'être passés chez le breton se ravitailler en galettes, j'ai remis mon pépère en voiture juste à temps pour éviter la saucée et nous sommes restés cloitrés le reste de la journée. J'ai fait une tentative de promenade mais j'ai du ramener la poussette au galop entre les gouttes! Nous en sommes restés là...
Le soir nous avions Claire, Thierry, Corinne et tous les enfants à dîner, c'était une très bonne soirée. Même Maël a été vaillant jusqu'au bout, il s'est endormi au dernier moment et Luc l'a porté dans son lit (heureusement il était déjà en pyj et il habite à 15m). Solène a tenu bon, sacrée petite mère!

Aujourd'hui c'était mon tour de me lever pour le Gazou. Dur dur! lui était en grande forme... J'ai encore baby-sitté toute la matinée pendant que Luc allait chercher ses fenêtres. Nous faisons murer la porte du garage. Ensuite il y a eu le cours de judo de Bilot, ça devient plus sérieux, et l'anniversaire de Solène, et une dernière sortie trotinette.
Notre Bolette est une super Bolette, et notre Pépère est un sacré bouffon... Il s'efforce de parler et commence à obtenir des résultats intéressants mais encore trop de l'ordre du babillage pour être retranscrits. Il adore les livres avec des photos, en particulier d'animaux. Il dit coua-couac, bo-g'-g' (toboggan), pom'pa (pomme), pain-pain, à boi-boi, ba-tm (bateau), pa'cm (poisson), coun'ca ou ca-coun' (tout ce qui se mange)... ce soir dans le bain je lui ai montré un jouet en lui disant "attends! regarde". 2 minutes plus tard, il pointait son petit index devant moi en disant "t'! t'!" et montrait le jouet... trop craquant!

Sinon le temps se dégrade petit à petit mais je passe encore beaucoup de temps dehors en fin d'après-midi avec Gazou qui veut trotter et aller voir les coua-couacs et Bilot qui profite des derniers rayons de soleil pour jouer dans la rue avec les autres enfants et mes divers voisins et voisines. Quelques occasions de se réjouir de vivre au fin fond de la campagne: on peut laisser les enfants se promener seuls dehors, on connaît tous les voisins d'un bout à l'autre de la rue et quand on va dîner chez eux on peut rentrer à pieds au lieu de conduire parce que l'Homme a trop picolé, on croise régulièrement des écureuils, des faisans, des biches au bord du chemin, on peut rentrer à la maison avec des kilos de mûres, de figues ou de raisin au retour d'une balade de 20 minutes... Bon, faut rien oublier quand on va faire les courses (et encore, il y a toujours une voisine pour dépanner) et le téléphone passe aussi bien que dans les grottes de lascaux, mais bon... quand même.

Ah! et à cause d'une mise à jour de mon éditeur de blog, je ne peux plus mettre de photos en ligne. Couillon, hein?!

jeudi 16 septembre 2010

boulette

Mes petits chéris, je vais vous raconter l'histoire d'une vraie journée de mrd...
Ce matin j'avais rendez-vous à 10h à Toulouse à ma caisse de retraite. Je ne me rappelle pas ce qui m'a pris quand j'ai accepté un rendez-vous à cette heure là étant donné que je dépose Gazou chez Nounou à 9h30. Un excès d'optimisme? à moins que j'aie pensé à l'époque déposer le bébé plus tôt?... Bref le timing était un peu serré alors je me suis préparée au maximum avant d'accompagner Bilot à l'école (je parle de maquillage et coiffure, parce que bien sûr je ne monte pas à l'école en slip et chaussons) et c'est heureux!
Le matin nous montons tous les 4 dans la voiture du papa qui nous dépose en haut de la côte en partant au bureau, puis j'accompagne Bilot en classe et je redescends à pieds avec le Gazou dans les bras. Ainsi donc avons nous quitté la maison, très concentrées Violette et moi sur nos photos pour le nouvel épisode de la semaine de la patate, ainsi donc sommes nous arrivés tous les 3 à l'école, ainsi donc suis je redescendue avec Gazou jusqu'au moment où... oups! putainputainputainputain! moment où j'ai réalisé que j'étais partie sans mes clés soit approximativement 9h06.
La cata, quoi.
Ok, c'est la mrd, réfléchis... Pense! pense! dit Winilourson.
Catherine!... non. Catherine est partie pour la Suisse ce matin, donc impossible de passer par son jardin pour accéder au mien. Et de toute façon j'ai justement hier soir fermé à clé la porte du jardin qui était ouverte depuis une semaine. La baie vitrée, peut-être?
A 9h08 j'ai débarqué comme une furie chez Corinne, espérant qu'elle ait un double de mes clés chez elle, même si je me doutais fortement que non. Au moins elle m'a offert un café et c'était déjà un réconfort.
Réfléchis réfléchis... plan B, 9h17 j'ai couru chez Christian qui est mon voisin de fond de jardin. Mais Christian est en croisière sur la Volga, donc j'ai escaladé son portail et fouillé la haie pour trouver un passage vers mon jardin. Sauf que je n'avais pas remarqué jusqu'à présent qu'il y ait autant de grillage dans ma haie... pour passer il fallait au mieux traverser une forêt de bambous et un paquet de ronces donc youpi les jolis habits et youpla les cheveux bien peignés... et en plus, comme je le redoutais, la baie vitrée était verrouillée.
Repartir... mais pas par le chemin par lequel j'étais venue! J'ai traversé un autre morceau de haie pour arriver dans la cour de Gérard, le voisin de droite, mais Gérard n'était pas là... putainputainputainputain... ok, pas de panique. Après Gérard il y a Claire la nouvelle voisine, mais à 9h20 elle est au travail. Heureusement ses parents sont en visite, je me suis donc retrouvée à appeler Marie-Claire depuis le grillage de Gérard. C'est le papa de Claire qui a répondu et qui a apporté un escabeau et une chaise pour m'aider à enjamber. Et qui a sorti un pied de biche pour le plan C: passer par le volet roulant du garage.
Mais de la même façon que, pas de bol, c'est pile le jour où j'ai besoin de passer par la porte du jardin qu'elle est fermée à clé, c'est aussi pile le jour où je dois ouvrir le garage que l'accès est bouché par une pile de briques. Car à l'initiative de Catherine, et nous lui en sommes très reconnaissants, les ouvriers qui élargissent le garage de Christian en face ont empilé les briques qu'ils évacuaient devant notre garage pour que nous ayons une réserve de briques foraines anciennes.
Bref à 9h24 nous étions 3, les parents de Claire et moi même, à déplacer frénétiquement le tas de briques et à s'arcbouter pour ouvrir le volet.
9h26, j'étais chez moi.
9h29, chez Corinne pour récupérer mon Pépère en larmes.
9h33 chez Nounou...
Un peu la performance de l'année d'être à mon rendez-vous à Toulouse avec même pas 1/4h de retard! Avec des brindilles dans les cheveux, un peu dépeignée, un peu suante, pas assez habillée alors que, re-pas de bol, c'est aujourd'hui qu'il se met à pleuvoir... mais pas trop en retard.
Alors je m'en suis pas trop mal sortie, de cette journée de mrd!
Bon, accessoirement Nounou m'a appelée pour me dire que j'avais oublié de lui déposer le ravitaillement en couches, tellement j'étais passée en coup de vent.
Et je suis allée chercher des chocolats pour remercier mes voisins sous une bruine drue qui m'a trempée jusqu'aux pieds, rapport à ce que, bêtement, je portais des jutties un jour de pluie.
Mais sinon, ça va...

lundi 13 septembre 2010

rika

et comment tu fais un cataplasme???

Merci docteur Céline!
Oué, du cicalfate c'est ce que j'utilise en rotation avec le mytosil et l'oxyplastine, ça marche assez bien.

dimanche 12 septembre 2010

baby sitting


En bref, quelques instants marquants du week-end... avant que j'oublie!
Bilot a assisté à son tout premier cours de judo, un succès. Elle a adoré, en sortant elle m'a dit "c'était trop bien! je me sens toute légère!" donc nous sommes partis pour au moins quelques semaines de judo tous les samedis à 14h.


Mais l'évènement capital du week-end c'est que nous avons laissé notre Pépère en baby-sitting à Corinne pour aller dîner à Toulouse avec François et Marina! Carrément le truc de dingue! je crois que nous n'étions pas sortis un soir sans Gazou depuis... sa naissance. Ou alors séparément, mais tous les trois jamais.
C'était une excellente soirée, j'ai mangé un risotto divin aux écrevisses et pétoncles chez Firmin, Aurèle est mignon comme tout et Bilot a été hyper patiente. Elle a fait des exercices dans son album et mangé presque un dixième de sa soupe de poisson. Le seul défaut de la soirée c'était le serveur, atteint du syndrome du poisson rouge donc tout ce que nous n'avons pas demandé 4 fois n'est jamais arrivé à table, mais ça ne compte pas.
En tout cas, Corinne a assuré, Gazou a à peine remarqué notre absence.

Il souffre le pauvre chéri, je ne sais pas si c'est du aux dents qui poussent ou aux fruits qu'il consomme en quantité astronomique à la moindre occasion mais il a les fesses à vif depuis ce matin. Ca l'a empêché de faire sa sieste toute la journée, ce soir il était épuisé.

La sortie au marché de ce matin a fait un peu diversion, et je l'ai emmené se promener dans le village cet après-midi. Il adore déambuler dans la rue et les autres enfants sont très gentils avec lui.

Voilà, c'est déjà la fin du week-end... et une bonne grosse semaine nous attend!
Si je trouve un peu de temps, j'essaierai de rebricoler un petit jeu cette semaine. Je ne promets rien... Bon lundi à tous!

vendredi 10 septembre 2010

pneu

Cette fois c'est vraiment la rentrée. Le mauvais temps arrive avec les premières pluies, on remet les chaussures fermées, on fouille les penderies pour retrouver les imperméables...
Je n'ai pas de photo pour égayer ce post. Je suis un peu en rade de courage, entre le temps maussade, la pneumonie (oui, mon médecin a enfin trouvé ce que je traîne depuis 3 semaines, et c'est pour ça que je ne téléphone pas, mon papa, sinon tu vas me gronder parce que je tousse), mon appareil photo que j'oublie de plus en plus souvent... Ceux qui me voient caméra en bandoulière à toute heure depuis des mois n'en reviennent pas.
Je me remet en quête de boulot, comme il était prévu que je le fasse à la rentrée, sans grand enthousiasme mais il parait que c'est normal après les grandes vacances. Je vais faire un programme d'accompagnement histoire de me rebooster, ils vont devoir me mettre des coups de pied aux fesses... Enfin j'ai répondu aujourd'hui à une annonce pour un poste d'acheteur à l'aéroport de Blagnac, ça me plairait carrément. Mais je ne vais pas tomber dans le panneau des grandes espérances à la première lettre de motivation envoyée... même si je me verrais vraiment bien dans ce type de fonction. Tu crois qu'il faut être en tailleur anthracite et chemisier immaculé?

Allons, remotivons nous! Je vois par la fenêtre que le soleil revient. Malgré la pluie hier j'ai déjeuné avec mon amoureux en tête à tête sous le nez du Moaï. Mon blond Gazou fait sa sieste en attendant que Bilot sorte de l'école. Les copines téléphonent pour qu'on se bricole des déjeuners en ville. La vie est belle!

Je vais même ressortir l'appareil photo...

lundi 6 septembre 2010

vide grenier


Après une journée intense de participation au premier vide grenier du village, nous avons enregistré la mirobolante recette de 8 euros! et rapporté tout notre bazar à la maison... y compris la poupée que j'avais faite à Violette à l'époque où elle regardait Kiki la petite sorcière en boucle.


dimanche 5 septembre 2010

trésor

Monsieur le petit monsieur déjeune...

video

video

video

vendredi 3 septembre 2010

la semaine de l'illustration (en retard)

Ohlala, mais comment j'ai pu faire une semaine de l'illustration et oublier Yoshitomo Nara? N'importe quoi!!
C'est juste trop beau, voilà...

Quoique non, en fait mon excuse c'est que ce n'est pas un illustrateur. Alors je vais peut-être commencer une semaine de l'art contemporain...

il me le faut!!!


Les américains sont des grands malades, mais franchement c'est pas trop cute???
Le jour où je les trouve en France, je craque c'est sûr... et il y en a encore plein d'autres! les moules à sablés starwars, c'est pas du délire?

jeudi 2 septembre 2010

du neuf avec du vieux...

... et même du joli avec du moche!
Le tout sans grande originalité, en suivant la tendance de l'année pronée par MCidées et la Droguerie: le bordage en biais Liberty.

Prenons par exemple un vilain sac promotionnel Nustela et une pauvre serviette cadeau La Pedoute...

Couic! la vilaine étiquette bleue au coin du sac; couic couic! la serviette redécoupée à la bonne dimension; et hop! 2m de joli biais cousus tout autour. Ça fait un ravissant petit sac à langer version light pour trimballer les couches et les compotes du Gazou en vadrouille.

Prenons un autre exemple: un simple t-shirt uniqlo pas très intéressant rapporté de Hongkong...


Hop! un bordage de biais tout autour du col; hop hop! le même biais appliqué à l'intérieur des poignets (repli déplié et repassé). Ça fait un chouette top pour la rentrée des classes des mamans...

Et comment fait-on tout ça? vas-tu demander oh! public adoré.
Trop fac' dirait mon neveu... Il suffit de se procurer un métrage de biais préplié (ça veut dire que le biais est plié en deux dans sa longueur avec un repli de chaque côté) et de le poser à cheval tout le long de la bordure du col, du poignet, du rabat du sac,... de tout ce qu'on veut!
Si tu te sens à l'aise, tu peux le faire directement à la machine. Attention! la difficulté c'est de bien piquer sur le biais à la fois sur l'endroit et sur l'envers de l'ouvrage...
Si tu as le temps, tu peux le faire à la main. Ce sera nickel.
Et si tu es une grande perfectionniste, tu peux préparer le travail à la main (ça s'appelle "bâtir") et piquer à la machine par dessus, ce sera encore plus nickel...

Pour la finition des extrémités, je t'ai fait un petit croquis:


Mmmmmhh.... ouais. Ouais, je crâne un peu, ouais...